Valorisation des déchets : aux bacs citoyens !

Par Rémi Pupier janvier 14, 2016 11:11

Valorisation des déchets : aux bacs citoyens !

En matière de tri des déchets, les ménages ont encore de gros progrès à faire. Un constat qui pousse les collectivités à redoubler d’efforts pour sensibiliser aux bonnes pratiques. L’enjeu est à la fois écologique et économique.

 

La communauté de communes du Pays d’Astrée s’est livrée à un exercice intéressant. Elle a demandé à la société Véolia d’examiner des échantillons d’ordures ménagères afin de mieux connaître les habitudes de ses habitants. Et celles-ci sont plutôt mauvaises. En effet, l’analyse du contenu de 120 kg de déchets issus du bac vert montre que celui ne contient en moyenne que 21 % d’ordures ménagères ! Véolia y a trouvé 12 % de verre, 24 % de déchets recyclables et 27 % de déchets compostables, mais aussi des déchets verts, des matières textiles et du tout-venant destiné aux déchèteries…

« Il y a encore énormément d’efforts à faire », constate Pierre Drevet, président de la communauté de communes du Pays d’Astrée. L’élu met en place des actions pour optimiser la gestion des déchets, qui est le premier poste budgétaire de l’intercommunalité. L’enjeu est environnemental et financier : « amener des déchets en centre d’enfouissement coûte 250 euros la tonne contre 80 euros la tonne si les déchets sont triés ». Pour inciter les citoyens à mieux s’occuper de leurs déchets, la communauté de communes a créé un poste d’ambassadeur dont le rôle est de sensibiliser le public à domicile, sur les marchés… Ces actions portent leur fruit puisque la fréquentation de la déchèterie locale est en hausse depuis plusieurs années (+ 10 % en 2015). L’an passé, la collectivité a également innové en implantant sur son territoire une première borne de collecte de meubles qui a amassé 150 tonnes depuis le mois d’août.

Dechetterie Pays Astree

11 000 foyers ciblés sur l’agglomération stéphanoise

Eviter au maximum l’enfouissement des déchets, Eric Berlivet en a également fait son cheval de bataille. Le maire de Roche-la-Molière et vice président de Saint-Etienne métropole en charge de la collecte des ordures ménagères juge que l’ « on est encore très en retard » sur la question. Dernièrement, l’agglomération stéphanoise a été retenue par l’organisme Eco-emballages et obtenu un financement exceptionnel de 900 000 euros. Il servira à mettre en place des actions pour valoriser l’utilisation des bacs à verre et des bacs jaunes auprès des habitants. « Nous allons mener des opérations coup de poing sur l’ensemble de l’agglomération », assure l’élu. En particulier, 11 000 foyers ont été ciblés pour être davantage sensibilisés. L’agglomération va également se doter de nouveaux bacs à verre et repenser leur implantation sur le territoire.

Dechetterie Pays Astree 2

Un projet de pôle de valorisation

En tant que président du Sydemer (Syndicat mixte d’étude pour le traitement des
déchets ménagers et assimilés résiduels du Stéphanois et du Monbrisonnais), Eric Berlivet porte également un projet de pôle de valorisation des déchets. L’objectif du syndicat (qui regroupe 204 communes de Loire Sud) est de trouver une alternative à l’enfouissement des déchets d’ici 2026. Ce pôle, qui permettrait de transformer 85 % des déchets ménagers notamment en gaz ou en combustible solide de récupération (CSR), représenterait un investissement de 80 millions d’euros et créerait 70 emplois sur le territoire. Trois sites d’implantation possibles ont été sélectionnés « dans le barycentre de l’agglomération stéphanoise ». On devrait en savoir plus dans les prochains mois. Le mode de gouvernance du futur pôle (public, privé, mixte), lui, n’a pas encore été arrêté.

Selon Eric berlivet, la constitution d’un pôle de valorisation permettrait de limiter la situation monopolistique de Sita sur le territoire. En effet, la filiale de Suez environnement exploite le centre de tri de Firminy ainsi que le site d’enfouissement de Roche-la-Molière. « Cela peut être gènant en matière de tarifs, car plus les années vont passer, plus ils vont faire la pluie et le beau temps », estime l’élu.

 

Yann Petiteaux

Pierre Drevet

LEG (DR) : Sita (Suez environnement) exploite notamment le centre de tri de Firminy et le site d’enfouissement de Roche-la-Molière.

 

Encadré

Les déchèteries de Saint-Etienne métropole bientôt fermées aux entreprises

A la fin de l’année, les entreprises n’auront plus accès aux 11 déchèteries de l’agglomération. Aujourd’hui, les professionnels représentent en moyenne 12 % de la fréquentation de ces sites. Ils peuvent y amener leurs déchets dans la limite d’un mètre cube par jour. « La compétence de Saint-Etienne métropole c’est de gérer les déchets ménagers, donc les déchets des ménages », justifie Eric Berlivet. D’ici l’interdiction, des déchèteries privées vont devoir être créées afin d’accueillir les déchets des entreprises du territoire.

 

 

 

Par Rémi Pupier janvier 14, 2016 11:11

Magazine économique de la Loire

Magazine en ligne

Wiki PME

Le moteur de recherche des entreprises de la Loire :