Difficile dialogue après les saccages.

Par Rémi Pupier décembre 12, 2018 09:11

Difficile dialogue après les saccages.

On sait maintenant que la préfecture du Rhône avait demandé la suppression de la fête des lumières mais qu’elle avait essuyé le refus du maire de Lyon. Voici qui donne des arguments à Gaël Perdriau qui avait vivement demandé le report de ce rassemblement lyonnais. Lundi soir, le maire stéphanois, lors d’une visite éclaire à Saint-Etienne du secrétaire d’Etat à l’intérieur, Laurent Nunez, a pu répéter ses arguments dans le bureau du préfet. Dans la foulée, le maire stéphanois qualifiait de “monnaie de singe” les propositions du chef de l’Etat avant de souhaiter que les gilets jaunes cessent les manifestations pour éviter la présence des casseurs. Soutenu en cela par le député LAREM, Jean-Michel Mis, Gaël Perdriau invite les Stéphanois à venir, toute cette semaine, inscrire leurs attentes sur le cahier de doléances. Pour les victimes et témoins des violences, la mairie a ouvert une cellule de soutien psychologique. le 15 décembre, le maire annoncera un plan de soutien exceptionnel aux commerçants victimes d’agressions. De son côté, le préfecture lance un plan d’aide aux entreprises victimes des événements. Il n’y a plus qu’à espérer que les manifestations lycéennes se déroulent sans excès. Quant au secrétaire général des LR 42, Robert Karulak, il dénonce un “quartier libre à la barbarie dans les rues de Saint-Etienne”.

Par Rémi Pupier décembre 12, 2018 09:11

Magazine économique de la Loire

Magazine en ligne

Wiki PME

Le moteur de recherche des entreprises de la Loire :