Rechercher

-- Mæstria

La Cité du design. Au plus près du monde économique

Alors qu’à Saint-Étienne le design a longtemps été considéré comme élitiste, depuis deux ans, des efforts sont engagés et une évolution du modèle de la Cité du design est opérée pour coller au plus près des acteurs du territoire.

 

« Bifurcations ». Si le thème de la prochaine Biennale internationale design de Saint-Étienne, qui se tiendra en 2022, s’inscrit parfaitement dans les bouleversements que vivent nos sociétés, il fait aussi résonance, indirectement, à la direction entreprise par le design sur le territoire ligérien, en particulier du côté de son porte-drapeau : la Cité du design. Parfois considérée comme élitiste, un nouveau visage la dessine depuis l’arrivée de Thierry Mandon à sa direction. Pour Marc Chassaubéné, président de la Cité du design et vice-président de Saint-Étienne Métropole, les objectifs sont clairs : « Ancrer désormais l’établissement dans et pour son territoire en travaillant sur le rapprochement de la population avec le design, détaille l’élu. Et faire grandir la Cité du design en développant une offre de services afin d’augmenter ses ressources propres. »

 

Cartographie en cours

 

Concrètement, une première exposition sur le jeu vidéo en 2019 a signé ce nouveau départ, puis la récente création de la filiale Cité service « vient parfaire le modèle économique de la Cité du design ». « Nous développons des actions d’accompagnement auprès des entreprises ou acteurs publics de la région, en faisant travailler les designers de la Loire », précise Thierry Mandon. Ce qui a été le cas sur la redéfinition des usages dans quatre lycées d’Auvergne-Rhône-Alpes. Résultat : un premier exercice 2020 qui clôture à 200 000 euros. Si d’autres projets sont en cours de réalisation, l’un des chantiers les plus attendus des prochains mois est la réalisation d’une cartographie de la filière design sur le territoire et de son impact sur l’économie. « L’objectif est de rendre plus visible et lisible cette filière d’avenir », indique Marc Chassaubéné.

 

 

_____________________________________________________________________________

 

  • La Cité du design

Ally of the business world

 

Although design has long had an elitist image in Saint-Étienne, over the last two years new efforts and a change in the way the Cité du design works have changed this, as it seeks to become a close ally of local businesses.

 

“Bifurcations”. It so happens that the theme of the next Biennale Internationale Design de Saint-Étienne, which will be held in 2022, chimes perfectly with the situation of upheaval we are currently experiencing in our societies, but it also echoes, indirectly, the direction taken by design in the Loire, particularly at its standard-bearer, the Cité du design. Sometimes considered as elitist, the Cité has been sketching out a new path since Thierry Mandon took over as director. For Marc Chassaubéné, President of the Cité du design and Vice-President of Saint-Étienne Métropole, the aims are clear:  “From now on to anchor the establishment in and for its territory by working to bring the population closer to design,” explains the local politician, “And to help the Cité du design to grow by developing a range of services that will generate income to increase its resources.”

 

Mapping out the future

 

The first tangible sign of this new departure was the exhibition on video games in 2019. Then came the recent creation of a new offshoot, Cité Service, which “is enhancing the Cité du design’s business model.” “We are developing services and events to support the region’s businesses and public institutions, whilst providing work for Loire’s designers,”  says Thierry Mandon. For example during an exercise to redefine usages in four high schools in d’Auvergne-Rhône-Alpes. Result: a first financial year 2020 that posted a turnover of €200,000. Several other projects are in preparation, but one of the most eagerly awaited in the coming months is a mapping operation – a project to map the design sector in the region and its impact on the economy. “The aim is to make a promising sector more visible and accessible,” asserts Marc Chassaubéné.