Rechercher

-- Mæstria -Économie EMPLACEMENT - A la une Industrie Pas de publication réseaux sociaux

L’équipementier Christian Moreau entre dans une nouvelle phase de développement

Placé en redressement judiciaire en décembre 2020, le célèbre fabricant de vêtements de gymnastique de Saint-Michel-sur-Rhône a été repris cet été par 3 spécialistes du textile sportif, avec pour ambition de donner à la marque un nouvel élan en diversifiant sa gamme et en se positionnant sur une nouvelle offre à destination des clubs et du grand public.

Partenaire officiel de l’équipe de France, le fabricant de vêtements et d’accessoires de gymnastique, Christian Moreau, a vécu des derniers mois agités. Placée en redressement judiciaire en décembre 2020, cette institution ligérienne vieille de 35 ans a bien failli disparaitre. “L’ancienne équipe dirigeante a proposé un plan de continuation, mais elle n’avait pas la surface financière suffisante. Et, à part la nôtre, toutes les autres offres déposées étaient des plans de cession“, assure Amélie Rivoire, la nouvelle directrice générale de Christian Moreau.

Accompagnée de 2 autres repreneurs, Benoît Deves et Philippe Frescaline, cette jeune femme de 29 ans et ses associés, tous trois entrepreneurs dans le li milieu du textile sportif, ont su convaincre le tribunal de commerce de Saint-Etienne du bien fondé de cette reprise. Actée en juillet, elle permettait de sortir de la procédure judiciaire, maintenir l’activité sur le site de Saint-Michel-sur-Rhône et conserver la majorité des emplois.

De nouvelles collections pour répondre à la demande actuelle

Outre les célèbres justaucorps, Christian Moreau concevra désormais ses propres vêtements sportswear, comme des vestes, des sweats ou encore des polos. Des tenues à destination à la fois des clubs, mais aussi du grand public. “Nous avons vraiment cette volonté de dynamiser la marque et faire en sorte qu’elle soit en phase avec son temps. Nous allons proposer de nouveaux motifs, de nouvelles couleurs et travailler des tissus plus éco-responsables comme le coton bio ou le polyester recyclé“, explique Amélie Rivoire.

Portée par ces innovations, l’entreprise espère boucler 2021 avec un chiffre d’affaires supérieur à 2,5 millions d’euros, soit plus du double de l’an passé. Avant de viser les 5 millions d’euros de CA d’ici 3 ans.